L’avenir du Chanvre est Génétique

Il y a un peu plus d’un an, le gouvernement fédéral a légalisé le chanvre. Avant le vote de la loi, des législateurs allant de Mitch McConnell à Ron Wyden se sont exprimés en disant par exemple qu’« en retirant le chanvre de la liste fédérale des substances contrôlées, les agriculteurs ont la possibilité d’explorer l’avenir radieux de cette culture polyvalente que l’on trouve partout, des tasses de café aux tableaux de bord des voitures. » Cependant, une saison de semailles plus tard, les agriculteurs font peu « d’exploration ». Le Brightfield Group estime ainsi que 87 % de la superficie du chanvre en 2019 a été plantée pour l’extraction du CBD. Parmi les nombreux producteurs de chanvre que notre cabinet d’avocats représente en Oregon, en Washington et en Californie, ce nombre semble plus proche de 100 %.

Les gens vont-ils s’enrichir en cultivant du chanvre pour le CBD ? C’est difficile à dire, compte tenu de la nouveauté de ce marché, des problèmes de surproduction apparents et de la volatilité des prix du CBD. Toutefois, en supposant une demande solide à long terme des produits du CBD, il est probable que les grandes exploitations familiales finissent par dominer la production, tout comme dans l’agriculture américaine dans son ensemble. De même, on peut s’attendre à une variation des marges de ces grandes exploitations parallèle à celles des autres cultures, selon de nombreux facteurs complexes. Les petites start-ups de chanvre CBD d’aujourd’hui, qui cultivent de 1 à 99 acres, vont sûrement devenir moins rentables et moins nombreuses.

Et c’est là que la génétique entre en jeu. Si le chanvre doit devenir une culture comme les autres, il est probable que les gros bénéfices ne se feront pas dans la production de chanvre mais dans la création et les licences de matériel végétal propriétaire. Dans cette optique, la plus grosse société de chanvre d’Oregon est déjà une entreprise de semences, Oregon CBD. Au bout de seulement quelques années d’activités, l’entreprise se rapproche du milliard annuel de recettes.

Si vous souhaitez une variété particulière riche en CBD, une variété de CBG, une variété de CBN, ou n’importe quelle variété de chanvre, vous devez vous tourner vers une entreprise de semences. C’est la marche à suivre, même si la certification des semences ne figure pas dans la loi agricole de 2018, car vous devez avoir des femelles qui ne deviennent pas des plantes contenant plus de 0,3 % de THC après germination. En outre, il est souhaitable d’avoir des OGM éprouvés et couverts par des garanties. Enfin, cela permet de garantir que les graines de chanvre sont conçues pour la production avec certains types d’herbicides, comme le maïs Roundup Ready.

L’évolution de l’environnement réglementaire fédéral vise à faciliter le succès des sociétés qui ont de précieux produits génétiques du chanvre. Actuellement, les entreprises de génétique du chanvre sont en mesure de s’enregistrer officiellement et de protéger leur propriété intellectuelle, de concevoir des produits avec des facteurs épigénétiques spécifiés (c.-à-d. des pesticides approuvés), et comptent sur des paramètres fédéraux clairs pour leurs modèles commerciaux. Certains de ces aspects sont utiles, d’autres moins. Chaque point essentiel est résumé ci-dessous.

  1. Propriété intellectuelle. En début d’année, l’Office de protection des variétés végétales (PVPO) de l’USDA a commencé à accepter les demandes de protection de chanvre propagé par semences dans le cadre de la loi sur la protection des variétés végétales. Le PVPO examine les nouvelles demandes et accorde des certificats qui protègent les variétés pendant 20 ans. Ailleurs, l’office américain des brevets et marques déposées (USPTO) a déjà accordé son premier brevet de plante de chanvre, et d’autres sont en route. Les brevets de plantes offrent une protection similaire aux variétés de plantes protégées en ce qui concerne la durée et la portée. Cliquez ici pour une bonne explication de l’interaction et des différences entre les protections par brevet ou par variété pour les plantes.
  2. Épigénétique. Le mois dernier, l’Agence de protection de l’environnement a validé une liste de dix pesticides destinés à être utilisés dans la production de chanvre. Cela signifie que les entreprises créant et enregistrant des milieux végétaux pour le chanvre disposeront de directives cruciales pour la conception des semences. Il est très probable que les variétés de chanvre finiront par être créées dans l’optique de l’application de certains agents chimiques, comme le maïs Roundup Ready, si ce type de recherche et développement n’existe pas déjà.
  3. Assurance-récolte. L’Agence de gestion des risques (RMA) de l’USDA a annoncé récemment un programme d’assurance pilote pour les cultivateurs de chanvre. À présent, il sera plus avantageux pour les agriculteurs de cultiver le chanvre à grande échelle et d’innover, ce qui entraînera un marché plus lucratif et fiable pour les sociétés d’OGM. À long terme, l’USDA encouragera aussi la culture en fournissant un plan fédéral pour les producteurs dans les États ou territoires tribaux sans plans existants approuvés par l’USDA.
  4. Règles de test des cultures. Le protocole de test du THC total problématique de la règle provisoire définitive de l’USDA va créer de la demande pour de l’innovation génétique, sauf en cas de changements majeurs après la clôture des commentaires du public, le 29 janvier. Quelle que soit la situation, les sociétés de semences vont chercher à créer et à affiner des cultivars qui a) expriment majoritairement certains cannabinoïdes et b) réussissent les tests. Par exemple, il a déjà été dit que les règles de test actuelles pourraient éliminer la viabilité de toutes les variétés de CBD actuelles. Il est temps d’innover.

Dans l’ensemble, certains agriculteurs vont rencontrer beaucoup de succès en cultivant du chanvre, en particulier les grandes exploitations familiales. D’autres vont inévitablement échouer. Mais l’argent va se trouver dans la génétique végétale, y compris dans la conception, la vente et les licences de propriété intellectuelle. Les prochaines années seront cruciales pour les cultivateurs de chanvre qui se lancent dans ce mouvement. Et les propriétaires de ces cultivars devraient faire de gros bénéfices.